• PATRICK POIVRE D'ARVOR SUR CNEWS ET ARTE

     

    Durant ses 40 ans de mariage avec Véro­nique Cour­coux, Patrick Poivre d'Arvor a multi­plié les conquêtes et a connu de nombreuses liai­sons avec des femmes souvent beau­coup plus jeunes que lui.

     

    Patrick Poivre d’Ar­vor rencontre son premier amour, Véro­nique Cour­coux, à l’âge de 15 ans. Un an plus tard, l’ancien présen­ta­teur du JT de TF1 devient papa pour la première fois. En 1971, le couple se marie. Véro­nique quitte alors son poste d’ins­ti­tu­trice et devient mère au foyer. De leur idylle naîtront cinq enfants : Doro­thée, Arnaud, Tiphaine, Solenn et Morgane. Durant leur mariage, le jour­na­liste et son épouse surmontent plusieurs drames, parmi lesquels on compte la mort tragique de deux de leurs enfants, Tiphaine à l’âge d’un an et Solenn à l’âge de 19 ans, mais égale­ment de nombreuses infi­dé­li­tés.

    Dans les années 90, PPDA entre­tient une liai­son avec Claire Chazal. De cette histoire d’amour naîtra François, en 1995, dont le jour­na­liste ne recon­naî­tra la pater­nité qu’en 2005 dans son livre Confes­sions. À en croire les révé­la­tions de Marie Bernard dans l’ou­vrage Claire Chazal, une passion française, leur couple connaît de nombreuses tensions du fait qu’ils travaillent au sein de la même chaîne : « Poivre avait très peur de perdre son poste. Claire repré­sen­tait une menace (…) Patrick ne lui faisait pas de cadeau. » Des propos égale­ment confir­més par le frère de la jolie blonde : « Entre­te­nir une rela­tion avec une personne qui travaille dans la même entre­prise que vous comporte toujours un risque (…) Ce fut pour elle une période compliquée ».

    Au début des années 2000, Patrick Poivre d’Ar­vor fréquente Claire Castillon, de trente ans sa cadette. L’écri­vaine a eu un véri­table « coup de foudre » pour le jour­na­liste sur le plateau de Place aux livres, émis­sion qu’il présen­tait alors sur LCI. Propul­sée sous le feu des projec­teurs, la jeune femme révé­lera certains détails de leur idylle et se confiera sur son statut de maîtresse dans l’ou­vrage Je prends racine, paru en 2001. Leur rela­tion durera trois ans.

    Entre 2007 et 2008, Patrick Poivre d’Ar­vor entre­tient une liai­son avec Agathe Borne, de vingt-cinq ans sa cadette. Après l’avoir rencon­trée dans les gradins de Roland Garros, le jour­na­liste lui offre un poste de chro­niqueuse dans l’émis­sion Vol de nuit. Très vite, les deux amants finissent par s’af­fron­ter face à la justice. La jeune femme accuse PPDA d’« atteinte à la vie privée » pour avoir raconté les dessous de leur rela­tion dans son livre Frag­ments d’une femme perdue. Le tribu­nal assi­gnera le jour­na­liste à 33 000 euros d’amende. Furieux, il décla­rera par la suite, sur son site person­nel : « Il est piquant d’ob­ser­ver qu’une femme qui disait ne pas vouloir être recon­nue se mettre à crier sur tous les toits : 'C’est moi !', avec l’es­poir d’en­trer ainsi en litté­ra­ture dans la peau d’une héroïne. Mais n’es pas héroïne qui veut, surtout avec des SMS ou des brouillons de lettres d’amour ».

     

     

    « EQUIPE DE PARIS SAINT GERMAINPREMIERE : QUENTIN TARANTINO »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It